Peak Season











La seule grandeur authentique, celle de l'effort.


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Le début d'une nouvelle vie pour tous les deux [PV Yulia]

Aller en bas 
AuteurMessage
Alexander Kovileski
It ain't over till it's Sasha
avatar

Messages : 291
Where are you : Never far from my girl
What's Your Mood? : Happily dating, successfully playing
What's Your Passion : Ice hockey : Alexander patine depuis qu'il sait marcher, c'est toute sa vie et ça l'éclate
Tag Line : "My weapon isn't my shot, it's me"

I know, I live in Alaska
About Love ?: Dude, she's THE girl !
I know, I have a reputation:
100/100  (100/100)
What's about my friends, my life?!:

MessageSujet: Le début d'une nouvelle vie pour tous les deux [PV Yulia]   Dim 10 Jan - 2:25


    Aéroport de Point Hope, lundi matin, 10h25. Sasha devrait être à l'entraînement, mais il a demandé un congé exceptionnel au coach, qui le lui a accordé sans trop poser de questions. Heureusement. Il n'a expliqué à personne qu'il avait une fille, pas même à Leonor à qui il n'a pas trouvé le courage de le dire. C'est sans doute un peu idiot, car il avait 16 ans à l'époque, elle ne pourrait guère le lui reprocher. Mais bon, il fallait dire aussi que le courrier l'avait beaucoup surpris ; peiné d'abord, à l'idée que son ancienne petite amie était décédée, et que sa fille se retrouvait sans famille, puis surpris bien sûr. Quand il avait reconnu l'enfant, sur les conseils de ses parents, c'était par respect pour sa copine, mais jamais il n'aurait imaginé qu'il aurait à assumer ainsi son rôle de père. Dans sa poche, il avait encore le courrier, et l'enveloppe, froissés d'avoir été observés, lus et relus ; il ne savait pas s'il en aurait besoin, l'assistante sociale lui avait demandé de venir avec un justificatif d'identité. Cela paraissait normal, et il avait emmené le reste au cas où.

    Il avait aussi acheté une peluche, une petit ours mascotte de l'équipe, à la boutique du club. Deux sacs de vêtements attendaient dans la voiture aussi, une poupée, des draps roses. Il avait tout commandé par correspondance, et fait livrer ça à la patinoire, en s'assurant de pouvoir le récupérer discrètement. "Un cadeau pour Leonor", avait-il prétendu à la secrétaire du club qui les avait réceptionnés. "Une surprise, je ne pouvais pas faire arriver ça à la maison". Tu parles d'un mensonge ! Surtout que rien ne garantissait que la fillette serait un cadeau pour Leo.Il en doutait même assez fortement, mais ... il n'était plus temps maintenant d'envisager autre chose. Dans le hall de l'aéroport, il se prit un café, puis s'installa sur un siège pour attendre. Deux jeunes qui attendaient là s'approchèrent pour lui demander des autographes, qu'il leur signa rapidement. Il était trop préoccupé aujourd'hui pour penser au hockey. Jetant un oeil sur sa montre, il se leva ; l'avion devait arriver d'ici quelques minutes, et Sasha ne tenait plus vraiment en place. Et, effectivement, il vit atterrir le petit engin. Les gros porteurs ne venaient jusqu'à Point Hope que pour les vacances scolaires, quand ils charriaient bon nombre de touristes. Le reste du temps, un petit avion de 50 places effectuait un vol chaque jour, ce qui se révélait amplement suffisant.

    L'avion était presque vide : cinq jeunes, apparemment ensemble, un couple, quelques personnes seules, et, pour finir ... l'assistante sociale et Yulia. Sasha ne prit guère le temps d'observer la petite femme blonde à lunettes, âgée d'une quarantaine d'années. Non, son regard se posa pratiquement instantanément sur sa fille. Elle avait encore grandi depuis la dernière photo qu'il avait reçue ; il faut dire qu'on arrivait en fin d'année, et que la photo avait donc un an bientôt. Il avait du mal à croire qu'elle était sa fille, la chair de sa chair, son sang. C'était une pensée qui l'avait effleuré jusqu'à présent de si loin, que maintenant il n'était pas certain de réaliser totalement. Mais une chose venait le frapper, aussi net qu'une balle entre deux yeux : il voulait la garder, il voulait s'occuper d'elle. Que Yulia, Leonor et lui forment une famille. A grandes enjambées, il se dirigea vers l'accès pistes, pour accueillir les deux femmes. Saluant l'assistante sociale rapidement, son premier geste fut de se pencher vers sa fille. Accroupi pour lui faire face, il lui tendit la peluche en souriant, sans un mot tant l'émotion lui serrait la gorge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yulia Fedorov

avatar

Messages : 91
Where are you : In Russia
What's Your Mood? : sad
What's Your Passion : patiner

I know, I live in Alaska
About Love ?:
I know, I have a reputation:
0/0  (0/0)
What's about my friends, my life?!:

MessageSujet: Re: Le début d'une nouvelle vie pour tous les deux [PV Yulia]   Dim 10 Jan - 11:59

Yulia Fedorov n’avait jamais pris l’avion. Du moins pas avant qu’on décide de l’envoyer vivre avec son père de l’autre côté du monde. L’enfant avait été partagée entre la tristesse de tout perdre, la peur de monter dans l’appareil et l’excitation d’une première fois. En général, elle était franche et aimait les nouveautés pour peu que Maman soit près d’elle. Mais là, elle devait le prendre avec une dame, qu’elle connaissait à peine. C’était cette assistante sociale là qui l’accompagnait parce qu’elle parlait un peu l’anglais. Bref, les sentiments contradictoires envahissaient l’enfant alors qu’elle observait sagement les avions décoller de Moscou.

Puis ce fut leur tour, direction les USA. Yulia ignorait où c’était, on ne lui avait pas vraiment expliqué où elle partait. Tout ce qu’on lui avait dit quand elle avait supplié pour rester en Russie, c’était qu’elle avait de la chance d’avoir un père et qu’il veuille bien s'occuper d’elle. La gamine avait fini par se taire et avait gardé ses larmes pour quand elle était seule. De toute manière, personne ne comprenait. Elle s’était demandé à quoi ressemblait Point Hope dans sa petite tête enfantine. Mais elle n’en avait aucune idée et personne n’avait répondu à ses questions à l’orphelinat. À croire que les adultes ignoraient où ils l’envoyaient vivre ! Alors, Yulia pria pour que là-bas aussi il y ait un hiver avec de la neige, parce qu’elle adorait la neige et surtout patiner.

Autre chose que personne n’avait pensé à lui dire avant son départ : c’était qui était son père. Heureusement que Maman lui en avait parfois parlé autrefois. Elle ne savait pas grand-chose de lui : il n’était pas vieux, il aimait bien aussi patiner comme elle et il faisait du sport. Le fait qu’il ne se soit jamais occupé d’elle n’avait pas inquiétait l’enfant jusque maintenant. Mais là, elle partait pour rester avec lui. Est-ce qu’il allait l’aimer ? Être aussi gentil que Maman avec elle ? Ou alors il la prenait parce qu’il n’avait pas le choix et n’avait aucune envie de l’avoir dans les pattes…. Sans explication de personne, l’imagination de la fillette s’emballait très vite et allait dans une direction plutôt négative. Après tout la vie était méchante avec elle, pourquoi serait-ce mieux maintenant ?

Une fois dans l’avion, Yulia mit de côté ses peurs et questions pour laisser sa curiosité intellectuelle parler. Comparée à la dame qui l’accompagnait, elle était parfaitement à l’aise et observait tout. Elle avait pu se mettre près du hublot pour regarder l’extérieur. N’ayant jamais voyagé, la gamine se demanda comment l’appareil pouvait voler. Battait-il des ailes comme un oiseau ou avait-il un moteur comme une voiture ? En tout cas son jeune âge et sa curiosité innée lui permirent de ne pas paniquer au décollage. Elle apprécia même la sensation ! Mais le trajet jusqu’en Alaska était long, elle allait devoir s’occuper un peu. Pendant un long moment, elle observa le paysage dehors puis la nuit tomba et elle ne vit plus rien. Ils étaient au-dessus de l’océan, elle n’était pas fatiguée comparé à l’assistante sociale qui dormait déjà. Un des hôtesses de l’air vient lui apporter un lait chaud avec du cacao, et lui demanda la raison de son voyage. Comme elle expliquait qu’elle allait voir son père et que non, elle ne l’avait pas vu depuis longtemps, à vrai dire jamais mais ça ne regardait pas la demoiselle, la jeune femme lui apporta de quoi faire un dessin pour lui. Pendant un long moment, Yulia observa la feuille blanche se demandant ce qui pourrait lui faire plaisir à ce père inconnu. Avec Maman s’était facile, elle lui dessinait des fleurs ou des cœurs avec des mots gentils. Mais pour lui ? La fillette finit par se décider. Peut-être qu’elle pouvait aussi lui dessiner un cœur, non ? Elle entreprit de faire un beau dessin avec un soleil, un monsieur et une petite fille qui se tenaient la main et souriaient. Elle ajouta un peu d’herbe et des fleurs et aussi un cœur avec un petit mot en russe : « je crois que je t’aime ». À sa mère elle aurait mit « je t’aime » tout court, mais lui elle pouvait juste penser éprouver un attachement familiale. En tout cas, on n’avait jamais dit de mal de lui et on lui avait appris qu’il était gentil. Pourquoi ? Elle n’en savait rien… Elle s’était faite à l’idée petit à petit de vivre avec lui et elle espérait qu’il l’aimerait bien. Parce qu’elle, elle allait l’aimer ! Après tout ils étaient de la même famille donc c’était logique.

Après cela, Yulia s’endormit et ne se réveilla que quand elles arrivèrent aux USA. La fillette observa l’atterrissage avec autant d’attention que le décollage. Elle envisagea que plus tard elle pourrait être pilote ou hôtesse de l’air. Mais elles n’étaient pas arrivée, pas encore. L’assistante sociale la traina par la main à travers tout l’aéroport ne lui laissant pas le temps d’observer quoi que ce soit au grand désarroi de l’enfant que la curiosité faisait tourner la tête dans tous les sens. Yulia avait toujours son dessin à la main et refusait de le lâcher. Pourquoi était-elle si pressée cette dame? Une fois dans le petit avion, la gamine constata qu’il y avait moins de monde. Yulia prit de nouveau place à côté de la vitre pour observer les manœuvres et le paysage. Ce vol-ci fut plus court et peu avant d’atterrir, l’assistante sociale lui fit des recommandations : être sage et polie, essayer de parler en anglais, et surtout ne pas recommencer avec ses « je veux rester en Russie ! » Qu’elle s’estime heureuse d’avoir quelqu’un de sa famille pour s’occuper d’elle, ce n’était pas le cas de tous ses camarades de l’orphelinat à Moscou ! L’enfant se contenta d’hocher la tête. Elle qui avait un peu oublié la raison de sa présence ici, émerveillée par ce qu’elle découvrait, ressentit à nouveau tristesse et peur. Une fois à Point Hope, la fillette ouvrit de grands yeux : il y avait de la neige partout ! C’était comme chez elle tout blanc ! Elle était émerveillée mais ne put pas longtemps observer ce beau décor que déjà une main de fer l’empoignait et la tirait derrière elle. À croire que la dame était pressée de la laisser et de rentrer chez elle !

Une fois à l’intérieure, la dame chercha du regard son Père. Elle ne devait pas savoir qui s‘était. Rassurant pour l’enfant à qui elle demanda de se taire jusqu’à la fin de l’échange entre les adultes. La gamine aussi laissa ses yeux curieux faire le tour de la pièce, et ils se posèrent naturellement sur le jeune homme venant vers eux. Étrangement, Yulia devina qu’elle avait son Père devant les yeux. Elle serra un peu plus fort la main de l’assistante sociale, son seul vrai repère ici, et le regarda approcher. Elle constata qu’il la fixait autant qu’elle le fixait. Il devait être aussi étonné qu’elle de la découvrir. La fillette resta calme et sage comme on lui avait demandé, même une fois qu’il fut à leur hauteur. Qu’est-ce qu’il était grand ! Elle devait lever la tête pour le regarder. Plus grand que Grand-Père en tout cas et que Maman ! Il se contenta d’un rapide bonjour à l’assistante sociale avant de se mettre à son hauteur. Comment devait-elle l’appeler ? Cela non plus on n’avait pas jugé bon de le lui dire. Quand il lui tendit la peluche, un ours, Yulia le prit avec un sourire. Il était beau ce nounours et amusant aussi.


« Merci » Murmura-t-elle en anglais avec un petit accent chantant. On lui avait dit de ne parler qu’anglais, même si c’était dur donc elle le faisait en petite fille obéissante qu’elle avait toujours été.

« Pour toi » Ajouta-t-elle en lui tendant timidement le dessin.

Yulia serra la peluche un peu plus fort, elle devait lui trouver un nom à ce nounours. Cela faisait longtemps qu’elle n’en avait plus eu, et à l’orphelinat on lui avait pris les siens pour ne pas faire de jaloux avec les autres enfants. Elle garda son sourire mi triste mi content en regardant toujours son Père. Que pouvait-elle ajouté de plus ? Pour le moment ils s’observaient l’un l’autre attentivement, une manière de faire connaissance peut-être. L’assistante sociale mis fin à l’échange, en prenant la parole.


« Monsieur Kovileski. Je suis Irina Gobachev, nous nous sommes parlé au téléphone. Voici Yulia Fedorov. » Expliqua-t-elle dans un anglais peu sure. La fillette l’observa et écouta attentivement tout ce qu’elle disait.

« J’aurais besoin d’une pièce d’identité avant de vous laisser faire connaissance… Et je resterais quelques jours, au cas où elle causerait des problèmes ou que vous changeriez d’avis. Merci d’avoir accepté de la voir. » Finit-elle avec son sourire de diplomate.

Yulia frissonna un peu et lança un nouveau regard rapide à son Père, Monsieur Kovileski. Alors il pouvait encore choisir de ne pas la garder si elle n’était pas sage ? Elle allait devoir convaincre pour rester avec lui. Cela attristait un peu l’enfant, on lui avait tellement dit qu’elle vivrait avec lui qu’elle n’avait pas imaginé devoir faire ses épreuves ! Il y avait des choses qui dépassait Yulia; et comprendre que son père avait déjà une vie dont elle ne faisait pas partie, qu’elle pouvait être un poids pour lui, faisait partie de cette catégorie-là. Du haut de ses 10 ans, elle ne voyait pas les faits comme les adultes.

La gamine perdit son sourire et regarda tour à tour les deux adultes attendant la décision finale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://terredegalica.forumsrpg.com/
Alexander Kovileski
It ain't over till it's Sasha
avatar

Messages : 291
Where are you : Never far from my girl
What's Your Mood? : Happily dating, successfully playing
What's Your Passion : Ice hockey : Alexander patine depuis qu'il sait marcher, c'est toute sa vie et ça l'éclate
Tag Line : "My weapon isn't my shot, it's me"

I know, I live in Alaska
About Love ?: Dude, she's THE girl !
I know, I have a reputation:
100/100  (100/100)
What's about my friends, my life?!:

MessageSujet: Re: Le début d'une nouvelle vie pour tous les deux [PV Yulia]   Dim 10 Jan - 22:12

    Sasha n'eut guère le temps d'observer sa fille, avant que les affaires liées à son arrivée en Alaska ne reviennent sur le devant de la scène. Mais entre temps, elle avait eu le temps de lui offrir un dessin qui le toucha profondément ; il cristallisait tous les espoirs de la petite fille, et Sasha se promit intérieurement que ses espoirs ne seraient pas déçus. Et ce petit mot qu'elle lui avait écrit ... Elle pensait qu'elle l'aimait ? Bien sûr, il ne s'attendait pas à ce que déjà elle se sente à l'aise avec lui, mais à vrai dire, il ne s'attendait même pas à ce que les sentiments de l'enfant à son égard soient amicaux. Il l'aurait plutôt imaginée méfiante, alors autant vous dire que ces quelques petits mots représentaient beaucoup pour lui, et pour leur avenir en tant que famille. Avant de se relever pour discuter avec l'assistante sociale, il sourit encore une fois à sa fille, et lui murmura quelques mots en russe. Merci pour ce beau dessin. Ta maman m'envoyait une photo de toi tous les ans, et une lettre me parlant de toi. Alors je sais que je t'aime déjà. Les premières années de la vie de Yulia, la fibre paternelle ne l'avait pas hanté ; tout cela lui semblait très lointain, et il n'était concentré que sur sa carrière à mener. Et puis, le temps aidant, alors qu'il avait vieilli et mûri, qu'il s'était fait un nom, le fait d'avoir une fille l'avait plus intéressé. Sentiment décuplé quand les choses étaient devenues sérieuses avec Leo ; un jour, il fonderait une famille avec elle, il aurait des enfants. D'autres enfants. Et une fille aussi. L'idée de renouer avec sa fille lui avait vaguement traversé l'esprit, plusieurs fois, mais sans qu'il ne pousse jamais la démarche jusqu'au bout. Il n'était pas certain que les Fedorov le veuillent, ni que cela soit bon pour la petite. Il ne serait jamais qu'un père lointain, après tout. Rien ne prouvait qu'une enfant d'une dizaine d'années puisse comprendre ce genre de relations lointaines. Et puis, il y avait Leonor aussi, à qui cela semblait difficile de dire les choses.

    Et, finalement, tout était resté lettre morte jusqu'à aujourd'hui, n'eut été les courriers de la mère de Yulia, qu'il recevait une fois par an, et conservait précieusement dans une boîte, bien cachée dans la grande penderie de son appartement. Ces dernières années, il les avaient attendus avec plus d'impatience, et lus avec plus d'attention, si bien qu'aujourd'hui, il avait réellement le sentiment de connaître un peu la petite fille, et ses goûts. Il savait en particulier qu'elle aimait patiner, et se plaisait à penser qu'elle tenait peut-être un peu ça de lui. Et maintenant qu'il se trouvait face à elle, il savait aussi que ce n'était pas un mensonge de dire qu'il l'aimait. Car oui, il aimait sa fille, il s'en rendait maintenant compte. Il espérait simplement que de son côté, la petite saurait l'apprécier aussi, et se plaire en Alaska. Il ferait tout pour en tout cas, repoussant dans un coin de sa tête les interrogations tournant autour de la réaction de Leo.

    Se relevant, il fit face à l'assistante sociale ; la pauvre n'avait pas l'air bien à l'aise, et Sasha croyait deviner qu'elle ne devait pas avoir l'habitude de parcourir ainsi plusieurs milliers de kilomètres pour amener ainsi une enfant à son père. Mme Gobatchev, bonjour. répondit-il à sa salutation, en russe. Il appréciait l'effort, tant de Yulia que de l'assistante sociale, mais considérait plutôt que c'était à lui de s'adapter aux deux femmes. Et puis, même s'il avait appris à parler un anglais impeccable, guère entaché que par son accent, le russe restait sa langue maternelle, qu'il aimait parler tant qu'il le pouvait. En plus, il était certain que cela faciliterait la vie de l'assistante sociale. Répondant à sa demande, il tira de son porte-feuille son passeport, ainsi que la lettre, un peu froissée, lui annonçant l'arrivée de la fillette et de son assistante sociale. Tenez, j'ai gardé le courrier m'avertissant de votre arrivée également. Mme Gobatchev jeta un oeil aux documents, l'air approbateur, estimant apparemment que tout était OK, puis lui expliqua les modalités de la suite de leur séjour, à toutes les deux. L'important, pour lui, c'était qu'il puisse garder Yulia avec lui. Que l'assistante sociale reste ... il ne changerait pas d'avis, c'était sa fille, et il doutait que Yulia pose des problèmes. Elle était sage comme un ange, pour le moment. Mais les règles étant les règles, Sasha s'y plierait. Je suis certain qu'il n'y aura pas le moindre problème. Avez-vous déjà réservé un hôtel ? Si ce n'était pas le cas, Sasha l'aiderait à en trouver un, et rapidement ; en toute honnêteté, maintenant, il n'avait plus qu'une envie, c'était de passer du temps avec sa fille, apprendre à la connaître. D'ailleurs, il ne la quittait jamais totalement des yeux, lui souriant fréquemment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yulia Fedorov

avatar

Messages : 91
Where are you : In Russia
What's Your Mood? : sad
What's Your Passion : patiner

I know, I live in Alaska
About Love ?:
I know, I have a reputation:
0/0  (0/0)
What's about my friends, my life?!:

MessageSujet: Re: Le début d'une nouvelle vie pour tous les deux [PV Yulia]   Lun 11 Jan - 11:38

Yulia ne quittait pas son Père des yeux. Si Maman avait cru bon de lui parler de lui, elle ne l’avait jamais décrit physiquement. Elle avait oublié de dire qu’il était immense et joli. Par contre, Grand-Mère disait souvent que Yulia était un parfait mélange de ses deux parents, donc quelque part ils devaient se ressembler. La fillette détaillait curieuse le jeune homme avec qui logiquement elle allait vivre… Sauf s’il décidait de la renvoyer à Moscou ! Étrangement, même si elle avait envie de retrouver son pays et ses amis, elle espérait qu’il la garderait avec lui. Pourquoi ? Peut-être parce que Maman lui en avait parlé et avait sous-entendu qu’un jour elle pourrait le voir en vrai… Mais aussi parce qu’on lui avait tellement dit qu’elle allait vivre avec lui, qu’elle en avait fait son point de repère dans sa vie brisée. Il fallait comprendre qu’elle avait été un peu ballottée depuis l’accident. D’abord un policier l’avait prise en charge pour ensuite la laisser à une assistante sociale, qui elle l’avait envoyé dans un orphelinat où il y a avait beaucoup d’éducateurs mais trop d’enfants pour qu’ils aient du temps à leur consacrer réellement. Et puis, on lui avait dit qu’elle irait vivre chez son Père. Au départ, elle n’avait pas voulu… Logique, elle était triste et totalement perdue. Mais maintenant que l’idée s’était ancrée en elle, elle désirait rester avec lui. Il était plus gentil que le personnel de l’orphelinat ! Et lui au moins, il lui souriait, et ça faisait du bien un sourire gentil.

L’observation fut de courte durée, la dame l’accompagnant accapara l’attention de son Père très vite. Ce qui n’empêcha pas Yulia de garder les yeux posés fixement sur lui, pour observer les moindres de ses faits et gestes. Elle était admirative. En plus, il parlait bien le russe ! Pourtant Maman lui avait fait apprendre l’anglais pour communiquer avec lui. Mais s’il parlait sa langue maternelle ce serait plus facile de faire connaissance. Et il disait des choses gentilles en russe ! Donc il la connaissait et Maman lui avait parlée d’elle, c’était rassurant pour la petite fille désorientée qui venait de traverser la moitié du globe. Il avait aimé le dessin, ce qui faisait plaisir à l’enfant et il l’aimait. Cela était sans doute le plus important pour elle ! C’était la preuve que même loin les parents aimaient toujours leurs enfants. Et puis, ils étaient de la même famille. Elle lui offrit donc un plus grand sourire, contente.

Yulia avait plein de questions poser à son père, notamment comment devait-elle l’appeler ? Mais on lui avait appris à ne pas interrompre les adultes quand ils parlaient. Et là l’assistante sociale et son Père étaient en grande conversation, et en russe ! La fillette se contenta de serrer son nounours contre elle, tout en regardant les deux grands parler. Lentement, alors que les minutes passaient, elle lâcha la main de la dame qui l’accompagnait. Cette dernière lui lança un bref coup d’œil, mais constatant que la petite ne bougeait pas, elle la laissa tranquille. La fillette changea aussi de main son nounours qu’elle tenait toujours fermement contre elle, de peur qu’on lui reprenne comme à l’orphelinat. À chaque fois, que ses yeux croisaient ceux de son Père, elle avait droit à un gentil sourire de sa part, qu’elle lui rendait du mieux qu’elle pouvait.

L’assistante sociale prit en main les papiers qu’il lui tendait et les lus attentivement. Elle sembla satisfaite puisqu’elle hocha positivement de la tête avant de rendre le tout au jeune homme. Yulia observait toujours, ne manquant aucun détail et attendant de savoir la décision finale de la dame et de son Père. Madame Gobachev écouta aussi la réaction positive du jeune homme avec un sourire purement poli avant de lui répondre.


« Ne vous fiez pas à une première impression Monsieur… Beaucoup changent d’avis une fois qu’ils doivent faire face seul. » Répliqua-t-elle poliment et en russe, ne se souciant nullement que la gamine comprenait tout. « Je vous la laisse une semaine. Avant mon départ nous nous reverrons, et si à ce moment-là vous êtes toujours disposé à la garder avec vous, je vous ferez signer les papiers légaux. Et merci j’ai un hôtel, oui. Je vais vous laisser faire connaissance tous les deux maintenant. Nous vous enverrons ses affaires une fois sure qu’elle restera ici. »

Yulia avait attendu patiemment. Une fois qu’elle fut certaine de rester un peu avec son Père, elle s’approcha discrètement de lui et glissa sa petite main libre dans la sienne. L’assistante sociale lui lança un dernier regard avec un très bref sourire avant de saluer et de prendre congé, les laissant tous les deux se débrouiller. Plus jeune et moins émue de cette première rencontre, elle posa elle-même la première question… Une de plus importante à ses yeux !

« Dis, tu sais patiner ? » Questionna-t-elle en levant la tête pour l’observer avec un très grand intérêt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://terredegalica.forumsrpg.com/
Alexander Kovileski
It ain't over till it's Sasha
avatar

Messages : 291
Where are you : Never far from my girl
What's Your Mood? : Happily dating, successfully playing
What's Your Passion : Ice hockey : Alexander patine depuis qu'il sait marcher, c'est toute sa vie et ça l'éclate
Tag Line : "My weapon isn't my shot, it's me"

I know, I live in Alaska
About Love ?: Dude, she's THE girl !
I know, I have a reputation:
100/100  (100/100)
What's about my friends, my life?!:

MessageSujet: Re: Le début d'une nouvelle vie pour tous les deux [PV Yulia]   Mer 13 Jan - 18:05

    Réfrigérante. Totalement réfrigérante. L'assistante sociale, bien évidemment, et non Yulia dont le regard ne le quittait, il le sentait. D'ailleurs, elle était en train de le regarder chaque fois qu'il tournait la tête vers elle ! Mais cette madame Gobatchev ... Brrrrrrr. Laissait-on vraiment des gens comme elle s'occuper d'enfant ? Enfin, probablement était-elle différente au quotidien, Sasha n'en avait pas la moindre idée, mais il ne pouvait pas concevoir qu'elle soit aussi froide avec les enfants dont elle s'occupait. Tous es enfants sans parents, ou avec des parents ne pouvant s'occuper d'eux. Pas vraiment la situation rêvée donc. Une fois de plus, il jeta un oeil en direction de Yulia, se disant que la pauvre petite n'avait pas dû un voyage bien joyeux ; d'ailleurs, comme si cela venait étayer sa théorie, Yulia avait lâché la main de son assistante sociale. Enfin, l'entretien touchait à sa fin, et ce ne serait pas plus mal ; Sasha non plus n'avait pas envie de rester aux côtés de cette femme. Il se réjouit du coup qu'elle ait un hôtel ; il aurait été prêt à l'aider à en trouver un, bien évidemment, mais vu sa manière sèche de parler ... Elle manquait également de tact, à ses yeux. Autant il s'était adressé à elle en Russe pour que ce soit plus simple pour elle, autant maintenant il le regrettait. En présence de Yulia, elle aurait pu s'abstenir de dire que certains parents ne gardaient pas leurs enfants ; voulait-elle l'effrayer ? En aucun cas Sasha ne laisserait sa fille repartir dans un quelconque orphelinat russe, ou dans une famille d'accueil. Il était son père, et il s'occuperait d'elle. Sage comme elle semblait être, il était certain que tout se passerait bien. Leo aussi ne pourrait que l'aimer ; enfin, il l'espérait. Il se fit d'ailleurs la réflexion que sitôt qu'il serait seul avec Yulia, il convierait sa fiancée à venir déjeuner avec eux. Elle pourrait faire connaissance avec sa fille comme ça.

    Sa fille. Il n'était pas certain de réaliser totalement ce qui se cachait derrière ce mot, mais il se sentait fier et heureux. Et plus encore, pour peu que cela fut possible, quand Yulia lui prit la main après que tous les deux aient pris congé de Mme Gobatchev. De son autre main libre, il attrapa la petite valise de Yulia, et tous les deux partirent en direction du parking de l'aéroport. C'est là que Sasha se rendit compte de sa première erreur de père ; il n'avait pas acheté de siège enfant pour la petite. Il jeta un oeil rapide à sa montre, 11h15, ils auraient le temps d'aller en acheter un avant le déjeuner. Et des erreurs de ce genre, il en commettrait sans doute encore, se dit-il, plus amusé qu'autre chose. Un siège d'enfant ne parviendrait pas à gâcher sa joie aujourd'hui. C'est ce moment-là, qui plus est, que Yulia choisit pour prendre la parole, éloignant totalement les réflexions de Sasha. Est-ce qu'il savait patiner ? Excellente question, qui devait sans doute revêtir beaucoup d'importance pour l'enfant. Sasha se souvint que la mère de Yulia lui en parlait dans chacune de ses lettres : sa fille patinait, pour autant qu'il se souvienne elle devait même commencer le patinage artistique durant l'année.
    Je patine tous les jours, c'est mon activité préférée. Mon travail, également. Toi aussi tu patines, tu patines même bien si je ne me trompe pas ? Volontairement ou non, il avait mis quelques secondes avant de répondre à sa fille, cherchant les meilleurs mots. Il voulait absolument la mettre en confiance, surtout après que l'assistante sociale ait parlé devant elle des parents qui ne veulent pas garder leurs enfants après les avoir eus pendant quelques jours ...

    Ma meilleure amie est entraîneur, elle s'appelle Natacha. Si tu veux, je te la présenterai, et tu essayeras de patiner avec elle. Je suis sûr qu'elle te plaira beaucoup ! En vérité, il n'en avait aucune idée, mais il ne pouvait pas imaginer que Nat ne s'en tire pas avec les enfants. Sa meilleure amie était un modèle de gentillesse, après tout ! Oui, si Yulia le souhaitait, il contacterait Natacha ; de toute façon, il devrait bien lui annoncer la nouvelle, qui ne passerait de toute façon pas inaperçue en ville. Mais pour l'instant, cette première journée n'appartenait qu'à Yulia, Leonor et lui. Il n'imaginait ne pas présenter immédiatement sa fille à sa future femme.
    Sur ces entre-faits, père et fille étaient arrivés au parking de l'aéroport. Jonglant comme il le pouvait avec son dessin et la valise de Yulia, Sasha parvint néanmoins à attraper la clé de sa voiture, et enclencha la condamnation centralisée pour ouvrir le véhicule. Il commença par déposer la valisette de l'enfant à côté des nombreux paquets qu'il avait commandés, puis, tenant toujours Yulia par la main, il se dirigea vers la portière passager. L'ayant ouverte, il déposa le dessin sur le siège arrière, bien à plat pour qu'il ne se froisse pas, puis il se tourna vers sa fille.
    Tu vas monter devant. C'est un peu exceptionnel, mais j'ai oublié de t'acheter un siège spécial. On va aller en chercher un tout de suite d'accord ? Il l'aida à monter dans le 4x4, et à attacher sa ceinture, déposant au passage un baiser sur son front. Je suis très heureux que tu viennes habiter avec moi. Bien sûr, il aurait aimé la connaître dans d'autres circonstances, il aurait aimé qu'elle n'ait pas perdu sa mère, mais il ne pouvait rien faire à cela. Fermant la porte, il alla s'installer à sa place, et attrapa son téléphone pour envoyer un message à Leo. On va aller t'acheter quelques affaires tout de suite, et ensuite je vais dire à ma fiancée de venir nous rejoindre pour manger ce midi. Tu veux bien la connaître ? C'était une autre question d'importance : il fallait que Leo accepte Yulia, certes, mais également que Yulia accepte Leo. Et, au fond de lui-même, Sasha priait fort pour que les deux femmes de sa vie s'entendent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yulia Fedorov

avatar

Messages : 91
Where are you : In Russia
What's Your Mood? : sad
What's Your Passion : patiner

I know, I live in Alaska
About Love ?:
I know, I have a reputation:
0/0  (0/0)
What's about my friends, my life?!:

MessageSujet: Re: Le début d'une nouvelle vie pour tous les deux [PV Yulia]   Mer 13 Jan - 20:51

Yulia regarda l’assistante sociale s’éloignait sans aucun regret. C’était une dame étrange pour la fillette, aux antipodes de sa Mère et de ses Grands-Parents. Maman était gentille, parlait toujours doucement et avait toujours le temps. Madame Gorbatchev semblait courir après les minutes et vouloir tout finir très vite. Elle donnait des ordres mais ne répondait jamais aux questions que l’enfant lui posait. Elle n’avait pas une voix tendre et douce comme sa mère mais utilisait un ton froid et donnait surtout des ordres. Alors oui, Yulia était plus ou moins soulagée de voir la dame s’éloigner sans un regard en arrière pour elle. Au moins, elle était sure de ne pas encore recevoir une trop longue liste de recommandations… D’ailleurs l’adulte responsable d’elle jusqu’à maintenant ne lui en avait pas fait avant de partir. Étrange, c’était pourtant son habitude !

La gamine reporta son regard sur son Père et lui adressa un sourire quand leurs yeux se rencontrèrent. À première vue, il était aussi gentil que Maman et surtout moins froid que l’assistante sociale. Il souriait et lui parlait gentiment. Depuis la mort de ses proches, personnes ne s’étaient montré aussi sympathique ni doux avec elle. C’était peut-être pour cela et les sourires fréquents qu’elle n’avait aucun mal à s’approcher de lui et à lui tenir la main. Yulia ne savait pas trop comment faire avec son Père, mais il était son seul référent ici et sa sécurité dans une ville inconnue. Et puis, quelque part elle l’aimait un peu quand même, à sa manière et avec le peu qu’elle connaissait de lui. Elle n’était pas totalement indifférente ni apeurée par lui. Et puis, il lui avait dit l’aimer, comme sa Maman qui le lui disait tous les soirs avant de dormir. Pour le moment tout allait bien, et Yulia tout à sa découverte ne pensait plus trop à l’épreuve qu’elle traversait. Non, son attention totale était pour son Père, qu’elle apprenait à connaitre et à aimer.

Et puis il avait l’air content qu’elle soit là. La fillette resserra un peu plus sa prise sur la main et se rapprocha encore un peu de lui. Instinctivement, elle savait que près de lui rien ne pouvait lui arriver et qu’elle serait bien. Le lien filiale semblait dans leur cas ne pas se souciait de la distance qu’il y avait eu entre eux. Non, ils se reconnaissaient comme étant d’une même famille, on appelait cela le lien du sang non ? Maintenant Yulia avait un père comme tous ses amis, mais le prix à payer avait été trop élevé : la perte de sa Mère. Pourquoi ne pouvait-elle pas avoir les deux en même temps comme ses amis? Même si c’était obscur et nébuleux pour elle, la gamine savait qu’elle avait de la chance de l’avoir lui et qu’il la garde avec lui. Parce qu’elle ne voulait pas se retrouver à nouveau seule, en pleurs et perdue comme à Moscou… Mais encore fallait-il qu’ils s’apprécient tous les deux. Sasha ayant pris sa valise, il l’entraina vers l’extérieure du bâtiment et docilement la petite fille le suivit, son nounours toujours dans les mains. Il marchait vite pour elle, qui courait un peu pour le suivre, mais elle ne s’en plaignit nullement.

Comme il ne disait rien, elle avait posé une des questions les plus importantes à ses yeux : le patinage. Yulia n’était pas une experte, mais elle avait appris très jeune à patiner sur la Vodka gelée en hiver. Comme beaucoup d’enfant de son quartier, elle avait joué et appris très vite comment tenir sur la glace. Sa Mère l’avait aidée, même si ce n’était pas franchement son activité préférée. Mais quand elle voyait l’enfant s’amuser autant et adorer ce sport, elle disait parfois qu’elle tenait de Lui. Le lui n’ayant jamais était expliqué à Yulia, qui n’avait pas posé la question. Autant dire tout de suite que la réponse positive de son Père mit la fillette aux anges et agrandit son sourire encore plus. Il aimait patiner, alors ils avaient un point commun… Peut-être qu’il voudrait bien un jour aller avec elle… Mais pour le moment, elle laissa juste la joie l’envahir et parler pour elle.


« Oh c’est vrai ! Tu as de la chance… Maman m’emmenait patiner deux fois semaines. Mais à l’orphelinat je ne pouvais pas, ils m’ont pris mes patins. » Expliqua-t-elle tristement, autant à cause du souvenir de sa Mère que du fait qu’on l’avait privé d’une activité qui lui aurait permis d’oublier un peu.« C’était un cadeau de Maman pour mon anniversaire… J’adore aussi patiner… Dis, on pourra une fois aller patiner à deux ? »

Il ne se rendait peut-être pas compte du bonheur qu’il lui offrirait s’il acceptait de patiner avec elle ! Yulia avait une vraie passion pour ce sport, mais elle avait envisagé avec l’aide de certains éducateurs voulant la préparer à tout, ne pas pouvoir continuer cette activité en venant vivre avec son Père. Mais s’il aimait bien lui aussi, alors elle pourrait surement en refaire ici… Et puis, c’était un bon moyen pour nouer des liens entre eux, mais ça l’enfant ne le pensait pas tel quel, elle se disait juste qu’elle ressemblait un peu à son Père.

« Oh c’est jolie Natacha. Ma meilleure amie à moi s’appelle Agnia. Et oui je veux bien ! Tu crois qu’elle voudra bien elle ? »S’exclama-t-elle joyeusement.

Décidément c’était une chouette ville où elle arrivait. Plein de monde aimait patiner ici et en plus il y avait de la neige et un beau paysage ! Yulia se sentait revivre un peu, avec l’air froid qui lui fouettait le visage et rougissait ses petites joues trop blanches et un peu amaigries.


« Je dois t’appeler comment ? Elle ne me l’a pas dit la dame… » Posa-t-elle en seconde question primordiale.

Yulia observait les voitures. C’était différent de la Russie ici et comparé à Moscou, Point Hope était un petit village perdu en Sibérie. Bien que l’enfant n’ait jamais été en Sibérie, elle avait vu des images de toutes petites villes perdues dans les grandes étendues neigeuses immaculées… Et elle trouvait quelques ressemblances entre les images télévisée et ce qu’elle avait sous les yeux. Quelques personnes se retournaient et les regardaient vaguement. Elle aimait bien Point Hope, c’était joli. Par contre son Père semblait avoir plus de mal que Maman à jongler avec tout. L’enfant ne le quittait pas des yeux, observant curieusement le manège du jeune homme. C’était étonnant, sa mère faisait tout cela avec une rare facilité comparé à lui… Par contre il ne lui avait à aucun moment lâché la main, la gardant bien serrée dans la sienne.Il avait peut-être peur qu’elle parte ... Pourtant Yulia n’aurait pas bougé et aurait attendu patiemment, comme avec Grand-père qui lui aussi avait dur s'il avait beaucoup d’objets en main et sa petite fille à surveiller en plus. La gamine regarda attentivement ce que Sasha faisait de son dessin, il en prenait bien soin … ce qui fit plaisir à l’enfant.


« Je n’ai plus de siège spéciale avec maman depuis 2 ans ! » Déclara-t-elle toute fière d’être une grande. « Je dois juste mettre ma ceinture, je suis une grande tu sais ! Mais elle est haute ta voiture ! »

Cependant Yulia se laissa aider pour s’installer. Elle prit elle-même sa ceinture et la boucla comme on lui avait appris à le faire. Elle reçu un bisou sur le front qui lui fit lever la tête et offrir un sourire à son Père. Elle l’aurait bien rendu mais il s’était déjà relever.. À défaut elle embrassa sa petite main et lui envoya le baiser.

« Je t’en donne un aussi » Affirma-t-elle « Et moi aussi je susi contente d’être avec toi, parce que tu es très gentil ! »

Elle le suivit du regard pendant qu’il contournait la voiture et s‘installait au volant. Ensuite son regard fit le tour de la voiture, curieuse de tout. Mais bien élevée, elle ne toucha à rien et reporta son attention rapidement sur le jeune homme. Elle le regarda utiliser son téléphone portable sans rien dire, et attendit qu’il reprenne la parole sagement. Yulia était aux dires de sa famille une parfaite petite poupée russe, sage comme une image. Elle avait eu une bonne éducation et le fait qu’elle soit avec un presqu’étranger ne changeait rien à sa manière d’être.

« D’accord. »Approuva-t-elle. « Oui, elle s’appelle comment ? Elle est gentille ? Maman avait parfois des copains, mais je les voyais rarement. Ils allaient au restaurant et c’était Mamy qui s’occupait de moi… Et ta copine elle vit avec toi ? »

Yulia n’avait pas conscience d’être impolie avec ses questions incessantes. Non, elle était contente d’être avec lui et se sentait bien en sa présence. Elle babillait donc énormément et demandait plein de choses. Elle était curieuse de connaitre son Père et de lui parler d’elle aussi. L’enfant n’avait pas d’appréhension particulière par rapport à la petite amie de Sasha. Elle avait connu quelques uns des amis de sa mère, beaucoup fuyaient en sachant qu’elle avait une fille. Non, elle était curieuse de connaitre la demoiselle et n’imaginait nullement que cela se passerait mal. En tout cas, elle n’avait aucun aprioris ni aucune peur à ce sujet-là. En général Yulia plaisait bien aux adultes par son comportement et son apparence de petite poupée de porcelaine. Et puis, si cela faisait plaisir à son Père, elle aimerait cette femme !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://terredegalica.forumsrpg.com/
Alexander Kovileski
It ain't over till it's Sasha
avatar

Messages : 291
Where are you : Never far from my girl
What's Your Mood? : Happily dating, successfully playing
What's Your Passion : Ice hockey : Alexander patine depuis qu'il sait marcher, c'est toute sa vie et ça l'éclate
Tag Line : "My weapon isn't my shot, it's me"

I know, I live in Alaska
About Love ?: Dude, she's THE girl !
I know, I have a reputation:
100/100  (100/100)
What's about my friends, my life?!:

MessageSujet: Re: Le début d'une nouvelle vie pour tous les deux [PV Yulia]   Jeu 11 Mar - 17:59

    Hum ... si tu n'as plus de patins, il faudra qu'on t'en rachète alors ! Tout de même ... Sasha se demandait au nom de quoi une petite fille se voit retirer toutes ses affaires quand elle se retrouve à l'orphelinat après le décès des membres de sa famille ... Comme si le traumatisme n'était pas suffisant pour la petite, qu'il ait eu besoin de lui ôter encore ce point de repère-là. Dans les échanges que Sasha avait eu par téléphone avec l'orphelinat, pour préparer l'arrivée de Yulia, il n'en avait pas été fait mention, et il pensait - à juste titre compte tenu de la toute petite valise de la petite - que tous ces objets ne seraient jamais rendus. Et l'enfant ne retrouverait jamais sa datcha non plus, à priori ... Le contenu des testaments de sa mère et de ses grands-parents lui avaient été communiqué par téléphone la veille, par le notaire chargé de la succession. Il précisait de tout vendre, et que l'argent récupéré soit placé sur un compte bloqué pour Yulia ; et lui, en tant que père de la fillette, et l'ayant reconnue, était chargé de s'occuper des démarches administratives nécessaires, qu'il choisisse ou non de la garder auprès d'elle. Il avait dû peser de tout son poids auprès du notaire pour pouvoir au moins récupérer des photos, mais l'avoué lui avait certifié qu'il irait lui-même récupérer les albums ; de toute façon, qui aurait pu vouloir acheter des photos d'une famille qui n'était pas la sienne ? Alors que Yulia, elle, aurait toujours besoin des photos, tout autant que de ses souvenirs. Enfin, ce point-là au moins été réglé, les albums devaient arriver d'ici la fin de semaine. Quant à l'histoire de l'argent, Sasha s'occuperait donc de créer un compte pour la fillette, plutôt dans une banque américaine d'ailleurs, il avait relativement plus confiance. Ne restait plus, finalement, qu'à racheter à la fillette tout ce dont elle avait besoin au quotidien : ses jouets, ses peluches. Sasha avait déjà anticipé avec le petit ourson, mais cela ne suffirait pas, évidemment. Avec un peu de chance, Leo aurait le temps de venir avec eux ... Il avait envie d'impliquer au maximum sa fiancée, il espérait tellement qu'un jour elle considérerait Yulia comme sa fille aussi. Ce serait long, il en était conscient, mais en attendant il ferait tout pour que cela fonctionne. Si on va les acheter cet après-midi, avec quelques autres affaires, on pourrait en faire demain matin, qu'est-ce que tu en penses ? Je dois travailler l'après-midi, malheureusement. On dispute un match demain soir.

    C'était peut-être la première fois qu'il regrettait de devoir jouer, depuis qu'il avait pris en main son destin de hockeyeur quand il était ado ; mais il aurait aimé pouvoir passer un maximum de temps avec sa fille. Ils avaient tant de temps à rattraper, tant à découvrir l'un de l'autre. Mais il n'en demeurait pas moins qu'il avait des responsabilités, surtout en tant que capitaine de l'équipe. On ne prend pas de vacances en plein milieu d'une saison de NHL, ce serait du jamais vu !
    Je suis certain qu'elle voudra. D'ailleurs, puisque je ne serai pas là demain après-midi, je pourrais l'appeler. Elle entraînera des patineuses de l'équipe nationale, tu pourras rester avec elle pour assister à tout ça. Cela te dirait ? Si tu veux, on pourra aussi appeler ton amie Agnia pour que tu lui racontes ton arrivée ici. Lui qui, sans être asocial, n'était pas nécessairement un grand bavard, se laissait entraîner par le babillage quais incessant de Yulia ; plus le temps maintenant de réfléchir à chaque mot avant de le prononcer, il se faisait de toute façon confiance pour réussir à instaurer le contact avec sa fille. Pari en passe d'être réussi d'ailleurs, si on considérait les choses. Il n'y a guère que là, tout de suite, qu'elle venait peut-être de poser la question piège. Comment devait-il l'appeler ? C'était une bonne question, à laquelle lui-même n'avait que peu réfléchi. Les enfants appelaient leurs parents "papa" et "maman", bien sûr, mais là, la situation était différente. Yulia n'avait pas grandi avec lui, elle ne le connaissait finalement pas, même si le courant passait bien entre eux. Eh bien ... tout le monde m'appelle Sasha, tu peux en faire autant je pense. Il pesa ses mots avant de terminer son laïus ... puis il se jeta à l'eau. Peut-être aussi qu'un jour, tu voudras m'appeler "papa".

    Après cela, il eut heureusement le loisir de se détourner de la question de sa fille, pour se pencher vers les détails plus pratiques de son installation dans le gros 4x4 ; il craignait d'affronter la réaction de la fillette, et qu'elle se montre d'un coup hostile. Il ne pouvait s'empêcher de penser que c'était une pensée stupide ... Il était son père, elle restait une jeune enfant, il avait toutes les raisons du monde d'espérer qu'un jour elle l'appelle papa. Mais c'était un souhait presque trop intime pour l'avoir formulé ainsi tout haut, et il craignait trop un refus. Tout ce qu'il put faire, ce fut l'embrasser sur le front, comme pour renforcer de manière muette son souhait. La suite, heureusement, prit un tour plus léger à ses yeux ; Yulia semblait impatiente de rencontrer Leo, et curieuse également. Sasha prit grand soin de répondre à toutes ses questions, après tout ils formeraient bientôt une famille, si Leo acceptait la situation. Mais avant cela, il démarra la voiture, et quitta le parking de l'aéroport. Si la petite n'avait pas besoin de siège auto, Sasha avait trouvé une autre manière d'occuper le temps qu'ils avaient jusqu'au déjeuner.
    Elle s'appelle Leonor, et elle est très gentille oui. Tu sais, elle a un neveu qui a à peu près ton âge. On habite ensemble dans un appartement en ville ; si tu veux, on peut passer devant en voiture pour que tu voies, par contre on n'aura pas le temps de s'arrêter. Je pensais qu'on pourrait aller choisir un petit cadeau pour elle, qu'est-ce que tu en penses ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yulia Fedorov

avatar

Messages : 91
Where are you : In Russia
What's Your Mood? : sad
What's Your Passion : patiner

I know, I live in Alaska
About Love ?:
I know, I have a reputation:
0/0  (0/0)
What's about my friends, my life?!:

MessageSujet: Re: Le début d'une nouvelle vie pour tous les deux [PV Yulia]   Ven 26 Mar - 13:36

« Oh c’est vrai ! » Yulia aurait bien sauté de joie en entendant son Père lui promettre de lui acheter de nouveaux patins à glace.

L’enfant était heureuse de manière démesurée. Certes elle adorait patiner, mais il y avait aussi autre chose derrière ces patins, quelque chose de rassurant en fait. Depuis la mort brutale de sa mère et de ses grands-parents, la vie de Yulia avait été plus que bousculé et elle n’avait plus aucune stabilité réelle. Il avait d’abord fallu accepter la nouvelle, ce qui a 10 ans quand on croit les adultes éternels n’avait pas été évident. Et puis, on avait enlevé beaucoup d’objets à la fillette, parce qu’à l’orphelinat tout le monde n’en avait pas et pour éviter les disputes et vols. Changer de maison, ne plus avoir ses jouets, se sentir abandonnée…. Pour la petite fille le choc avait été rude, mais elle n’avait jamais vraiment eu le temps de s’adapter à chaque changement. Au moment où elle se faisait à l’idée de vivre avec plein d’autres enfants, on l’avait emmené dans un autre pays vers son Père inconnu… Cette fois-ci il ne restait réellement plus rien à Yulia : autre pays, autres règles, autres décor, autre langue,… Alors la promesse d’avoir des patins à glace c’était lui offrir quelque chose qu’elle connaissait, un point d’encrage plus facile dans cette nouvelle vie. Ceci dit elle appréciait Sasha, il était très gentil comparé à certains éducateurs ou assistantes sociales, mais il n’était pas encore un repère à cent pour cent fiable pour elle… Peut-être avec du temps.

L’enfant était enthousiaste. De nature curieuse comme toute fillette de son âge, elle prenait l’invitation à faire du shopping comme une nouvelle aventure. Et puis tant qu’elle s’occupait de tout cela, elle ne pensait pas et ne pleurait pas sa Maman. Les larmes et les cauchemars seraient pour plus tard, quand Sasha l’aurait couché dans un nouveau lit et éteint la lumière… À ce moment-là, comme depuis la disparition de sa chère maman, Yulia verserait des larmes, se souviendrait d’avant, quand elles étaient à deux et heureuses et surement qu’elle ferait de mauvais rêves. Même si elle n’avait pas vu l’accident, il n’y avait pas une nuit depuis où la peur et le chagrin la laissaient en paix… Elle n’avait pas encore vraiment fait son deuil, et peinait à avancer vers un mieux. Et puis, ce soir, il faudrait ajouter le déracinement total et le sentiment que jamais elle ne retournerait à son ancienne vie … Mais pour l’instant, elle était totalement absorbée par la découverte de ce nouveau pays et de son Père, et cela l’occupait suffisamment pour qu’elle oublie tout le reste. Moment de répit tellement illusoire mais nécessaire à la gamine déstabilisée et en souffrance.


« Oh oui ! » s’exclama-t-elle « Et on va acheter quoi d’autre ? Et oui je veux bien patiner demain avec toi … Y a une rivière où on peut le faire ? Chez moi, on patine sur la Vodka en hiver… Je pourrais aller te voir jouer ? »

Yulia n’y connaissait rien en Hockey sur glace, enfin hormis qu’on avait besoin de patins pour y jouer et que son Père pratiquait ce sport. Cependant, elle était curieuse de voir Sasha y jouait. Et puis comme cela elle serait aussi un peu avec lui en quelque sorte. Elle n’était pas forcément peinée de devoir abandonner son Père pendant quelques heures, elle avait juste peur de le perdre. Après tout, maman était morte alors qu’elles n’étaient pas à deux… Quelque part, même si ce serait de loin, voir Sasha la rassurerait un maximum.

« Oh oui, je veux bien rester avec ton amie.» Répondit l’enfant, pas si certaine que cela de le désirait en fait vu qu’elle ne connaissait pas la demoiselle. « Et c’est vrai, je pourrais lui téléphoner à Agnia ? »

La gamine était un moulin à paroles pour le moment, d’une part pour lutter contre l’angoisse du silence entre eux deux, d’autre part parce qu’elle voulait tout savoir tout de suite. Elle savait se taire et écouter sagement aussi, mais là elle sentait que ce serait déplacé et source de mal être entre eux. Alors elle babillait à un rythme soutenu vu qu’elle lui parlait en russe. Elle aurait peut-être dû s’exprimer en anglais, mais Sasha l’avait abordé en utilisant leur langue maternelle, et même si Yulia était presqu’une parfaite bilingue au vu du fait que sa mère lui avait enseigné l’anglais dé l’âge de 3 ans, elle avait une référence pour sa langue maternelle. Et puis c’était plus facile quand même ! Sa question avait surpris son père, elle s’en rendit inconsciemment compte parce qu’il ne lui répondit pas aussi vite qu’avant. L’enfant posa ses yeux clairs sur lui et écouta attentivement sa réponse. Sasha ? Si c’était ce qu’il voulait elle emploierait son diminutif… mais il avait laissé une brèche ouverte dans son explication… Pour Yulia Fedorov, bien que ceci était leur première rencontre, l’appelait « Papa » serait plus logique. D’une part parce que c’était le terme qu’utilisait Maman pour parler de lui, et donc la gamine ne le mentionnait jamais autrement que par « Papa » dans ses conversations, surtout que jusque récemment elle ignorait son prénom. Ensuite à l’orphelinat, on parlait de son Père, pas de Sasha ou d’Alexander Kovileski. Donc, il lui avait offert une issue plus normale et quotidienne dans laquelle elle s’engouffra par une autre question.

« Et si je veux t’appeler Papa maintenant ? » questionna-t-elle attentive et en le fixant toujours.

Après cela Yulia détourna les yeux vers le paysage qui défilait par la fenêtre. Point Hope était très différent de Moscou et elle essayait de mémoriser tous les détails visibles ainsi que de faire une comparaison mentale entre cette petite ville et la capitale russe. Elle reporta naturellement son attention sur son père, si tout l’intriguait, sa source première de curiosité était lui. Lui qu’elle devait apprendre à connaitre encore mieux, pour combler les trous de ce qu’elle savait déjà… Parler de sa fiancée avait semblait-il aidé Sasha à se détendre. Yulia se demandait vraiment à quoi ressemblait cette dame, si elle était gentille et si elle l’apprécierait. Personnellement, malgré ces quelques questions, l’enfant n’avait pas d’appréhension particulière, surtout vu la manière dont son père en parlait.


« C’est joli Leonor comme prénom. » Commenta-t-elle. « Je veux bien voir ton appartement oui. Tu crois qu’elle sera contente de me voir ? Oh c’est vrai je peux lui offrir un cadeau ? Mais je n’ai pas d’argent sur moi… »

Ce n’était pas un acte calculé de la part de l’enfant, une manière d’acheter Leonor pour qu’elle l’apprécie. Non, c’était sincère, elle voulait faire un vrai cadeau à la demoiselle pour lui démontrer qu’elle était heureuse de la rencontrer, tout comme elle avait fait un dessin pour son père. L’impatiente commençait à la gagner peu à peu…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://terredegalica.forumsrpg.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le début d'une nouvelle vie pour tous les deux [PV Yulia]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le début d'une nouvelle vie pour tous les deux [PV Yulia]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» de la lecture pour tous !
» [RP DERIVE] Tous pour un, un pour tous
» La cuisine pour tous les gouts
» Prévisions pour nouvelle commande a380
» nouvelle zone pour FARMER comme un DIEU $$$

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Peak Season :: Welc' to Point Hope :: ■ On the road to... :: The Airport-
Sauter vers: